23 août 2016

Les gens heureux lisent et boivent du café

Les gens heureux lisent et boivent du café - Agnès Martin-Lugand


Année de sortie: 2012
Collection: Michel Lafon
Genre: Contemporain
Nombre de pages: 253
Résumé: « Ils étaient partis en chahutant dans l’escalier. […] J’avais appris qu’ils faisaient encore les pitres dans la voiture, au moment où le camion les avait percutés. Je m’étais dit qu’ils étaient morts en riant. Je m’étais dit que j’aurais voulu être avec eux. »

Diane perd brusquement son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors, tout se fige en elle, à l’exception de son cœur, qui continue de battre. Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Égarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l’existence. C’est peut-être en foulant la terre d’Irlande, où elle s’exile, qu’elle apercevra la lumière au bout du tunnel.

Mon avis:

4/5

Alors, ce livre... Déjà, il m'avait tapé dans l'œil quand il est sorti, je l'avais vu à Carrefour. Je l'ai immédiatement mis sur la liste des livres à acheter... En outre, on n'a cessé de me le recommander, c'est donc la raison pour laquelle j'ai fini par craquer, et me voilà avec mon propre exemplaire dans les mains !

Et oui, le titre m'a également beaucoup plu. Un bon livre avec un café, bonheur assuré ! 

Cela dit, j'ai été déçue, car, en lisant le titre, je m'attendais à une mordue de littérature, une femme qui passe son temps un livre dans les mains, des extraits de classiques littéraires... eh bien non. Diane ne lit pas, et c'est ma plus grosse déception. Le titre du livre est tout simplement le titre de son café littéraire... café dont elle ne s'occupe plus depuis des mois, et pourtant elle peut payer ses factures sans souci... bref.

La couverture est simple, mais elle correspond bien à l'histoire. Une femme, élégante, seule, assise à un café, la cigarette à la main, et aussi un peu de tristesse sur le visage... oui, c'est parfaitement l'image que je me faisais de Diane. En outre, l'écriture est sans fioriture, d'une couleur qui tranche bien avec le reste de l'image... Oui, simple, mais j'aime beaucoup.

L'histoire, on retrouve donc Diane, trentenaire, mariée, ayant une fille, Clara. Elle tient un café littéraire, portant le même nom que le livre. Tout va bien, la vie s'annonce tranquille... Or, juste avant de partir en vacances, son mari décide de partir faire un petit tour en voiture, et emmène Clara. Diane, qui préfère rester à la maison pour préparer les bagages, les regarde partir. Or, le drame survient: Un accident de voiture qui leur coûte la vie.

Diane, terrassée, se referme sur elle-même, s'enferme chez elle dans le noir, ne parle plus à personne... si ce n'est à Félix, son meilleur ami, qui travaille également au café littéraire. Il tentera par tout les moyens de la faire sortir de sa détresse, en vain.

Jusqu'au jour où Diane décide de partir en voyage, une sorte d'exil qui pourrait lui permettre de 
faire son deuil.

La plume de l'auteur est passe-partout, simple, mais... pour une fois, cela ne m'a pas dérangée. Je suis directement rentrée dans l'histoire, entre les lignes les émotions de la protagoniste sont bien présentes. Certains moments m'ont bien fait rire, tout comme d'autres m'ont bouleversée. J'ai ressenti une ribambelle d'émotions contradictoires tout au long de l'histoire.

Le personnage de Diane est très attachant. Elle incarne la femme épanouie qui a tout pour être heureuse, puis la femme dévastée. Ses sentiments sont tellement bien retranscrits que cela m'a pris aux tripes. Elle m'a touchée par sa sincérité, son authenticité. J'ai eu l'impression d'avoir été avec elle à tout moment, j'ai ressenti ce qu'elle ressentait.

Le personnage de Félix l'est tout autant ! Parfait opposé de Diane, il est celui qui "dévore la vie à pleines dents". Il est déterminé à aider la protagoniste, et même si elle refuse ses nombreuses invitations, il ne se décourage pas. Il n'hésite pas non plus à la laisser partir pour l'Irlande si cela peut l'aider. Et même si elle risque de ne plus revenir... Bon, c'est vrai, c'est assez cliché, l'histoire du meilleur ami gay, mais qu'importe...

Le personnage d'Edward, j'ai eu du mal au départ, mais j'ai fini par l'apprécier également. Sa relation avec Diane est prévisible, cela dit. Encore une fois, c'est assez cliché, et surtout du vu et revu, l'histoire de deux personnes qui se détestent, puis s'aiment, puis se re-détestent, puis s'aiment...

J'ai aimé l'Irlande aussi. Cependant, petite déception, je m'attendais à ce que Diane visite plus le pays, car, après tout, son mari voulait à tout prix y aller... Mais non, elle a passé plus de temps dans sa petite location que à l'extérieur. En revanche, à la fin, elle s'extériorise un peu plus. Je pense que j'aurais préféré des descriptions du paysage, car là, mis à part deux trois trucs sur les irlandais, il n'y a rien. Je suis donc restée sur ma faim concernant le décor, car je trouve que l'Irlande est un bau pays et je rêve d'y aller... J'aurais donc aimé y voyager à travers ce livre.

La fin est pas mal. Elle ne se termine pas trop brusquement, mais donne tout de même envie de lire le prochain tome.

Pour finir, pas de coup de cœur pour moi, mais néanmoins une bonne aventure que j'ai aimé suivre avec Diane. Du coup, oui je lirai le tome 2. Mais cela devra attendre, j'ai beaucoup de bouquins qui m'attendent sur mon bureau...

Et vous? L'avez-vous lu? Si oui, qu'en avez-vous pensé?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire