23 août 2016

Brûlée vive

Brûlée vive - Souad


Année de sortie: 2003
Collection: Oh!
Genre: Témoignage
Nombre de pages: 246
Résumé: Souad à 17 ans, elle est amoureuse. Dans son village comme dans beaucoup d'autres, l'amour avant le mariage est synonyme de mort. " Déshonorée ", sa famille désigne son beau-frère pour exécuter la sentence.
 Enfermée dans la chambre voisine, Souad a entendu la condamnation. Le lendemain, elle est en train de laver du linge dans la cour de sa maison. Son beau-frère approche, elle est terrifiée, il l'asperge d'essence, il craque une allumette, elle est brulée vive.
 Aux yeux de tous, cet homme est un héros. C'est ce que l'on appelle un « crime d'honneur ». Ce n'est en fait qu'un lâche assassinat. L'exécutant ne risque rien, il n'est presque jamais poursuivi, encore plus rarement condamné. Plus de cinq mille cas sont répertoriés chaque année dans le monde, bien d'autres ne sont jamais connus.
 Atrocement brûlée, Souad a été sauvée par miracle. Elle a décidé de parler pour toutes celles qui aujourd'hui risquent leur vie. Pour dire au monde la barbarie de cette pratique. Elle le fait au péril de sa vie car l'atteinte à « l'honneur » de sa famille est imprescriptible.

Mon avis:

J'étais chez de la famille lorsque j'ai vu ce livre. A la base, je devais juste le commencer, mais je l'ai dévoré en deux petites heures. Ce livre est vraiment prenant.

L'histoire est séparée en deux parties: la première, l'enfance de Souad et son adolescence, et la seconde, son sauvetage.

Dans la première partie, on retrouve donc la jeune Souad dans le village de Cisjordanie en 1960. Dans ce village, les filles et femmes sont considérés comme des biens, des objets, des esclaves, appartenant aux hommes. Les femmes n'ont pas la parole, baisser les yeux si elles doivent sortir. Ainsi, Souad a dû, comme les autres villageoises, se soumettre à la violence de son père et de son frère. Son enfance, elle l'a passée à garder les moutons et à s'occuper des tâches ménagères. Le seul moyen pour elle de quitter cette maison est de se marier. Or, elle doit, pour cela, attendre que sa grande sœur se marie avant, et qu'un homme daigne poser les yeux sur elle avant de demander sa main à ses parents.

Dans ce village, une femme se doit de rester vierge jusqu'à son mariage.

Un jour, elle tombe amoureuse de son voisin, et n'hésite pas à faire tout ce qu'il demande. Elle le retrouve en cachette, et, pensant qu'il la demandera en mariage, lui offre sa virginité. Lorsqu'elle tombe enceinte, son voisin disparaît et sa famille veut sa mort.

Elle est considérée comme une "charmuta" -une prostituée. Pour retrouver l'honneur de sa famille, son beau frère doit la tuer. Elle sera donc brûlée vive. Souad réussi à s'enfuir, en feu, et se retrouve dans un hôpital, la peau brûlée et la douleur à fleur de peau. Or, les infirmières et médecins ne lui prescrive aucun soin, car elle doit mourir.

Heureusement, sa route croise celle de Jacqueline, une femme faisant partie d'une association humanitaire. Cette dernière fera tout pour sauver la jeune fille et la faire quitter le pays. Cependant, Souad n'a pas de passeport et elle est illettrée. 

 Alors, par quoi commencer... Ce livre est poignant, horrible. Je me demande comment on peut faire cela à un être humain. Il faut le lire au moins une fois.

Impossible de rester stoïque face à l'horreur de ce livre, l'horreur qu'a vécu la jeune Souad. L'horreur que vivent les femmes dans ce village.

Ce livre m'a bouleversé, et j'ai été bien souvent envahie par la colère, l'incompréhension face à ce monde où les femmes sont moins bien traitées que du bétail. Elles n'ont aucun droit si ce n'est celui de se taire et de se faire torturer !  L'histoire est révoltante elle m'a donné de nombreux frissons, m'a à de nombreuses fois fait monter les larmes aux yeux.

Cela dit, ce n'est pas un livre à mettre entre des mains trop jeunes. Ce document est un électrochoc, franchement dur à certains moments, mais c'est un livre à lire.

Je ne le noterais pas, car un livre comme celui-ci n'a pas à être noté. Déjà que la critique a été difficile à faire...

Et vous? L'avez-vous lu? Si oui, qu'en avez-vous pensé?

Extrait

« Je suis sur un lit d’hôpital, recroquevillée en chien de fusil sous un drap. Une infirmière est venue arracher ma robe. Elle a tiré méchamment sur le tissu, la souffrance m’a paralysée. Je ne vois presque rien, mon menton est collé sur ma poitrine, je ne peux pas le relever, je ne peux pas bouger les bras non plus, je sens mauvais, ma douleur est partout.  »

2 commentaires: